28 mai 2010

Saint Sebastiennite aigüe

N'allez pas à Rome. Ou plutôt si, allez-y, mais méfiance ! Ne regardez pas les Saints Sébastien, vous risquez de vous y perdre... Depuis mon retour, après une petite moyenne de deux beaux Seb par jours, le manque pointe. Patatra ! Il suffit d'une discussion msn avec une copine aussi atteinte (c'est de l'affection, tu le sais) et d'un véritable annuaire qui recense tous les saints Sébastien, des origines au XXIe siècle, sur tous les supports, pour qu'après plusieurs heures de comparaisons et tergiversations se fasse un top 10. Totalement subjectif, hein, pas de critères du genre le nombre de flèches ou la couleur des cheveux.

Tout d'abord, il faut savoir que tirer le portrait du Seb est un exercice hyper codifié qui ne laisse pas beaucoup de libertés à l'artiste : un mec, beau (c'est un saint quand même, et il faut que la religion ait un beau visage), attaché, souvent seulement revêtu du minimum de ce que la pudeur ecclésiastique exige. Ce dernier point comporte une importance esthétique non négligeable. En plus d'un côté pratique, à la fois pour les artistes (c'est pas tous les jours qu'on peut faire un beau nu masculin, à part pour les christs, dans la peinture religieuse), et pour le sujet : « Et les archers le frappèrent jusqu'à ce qu'il soit recouvert de flèches comme un hérisson est couvert d'épines » (Légende Dorée). Qu'est-ce que pauvre garçon a fait ? Et bien sous Dioclétien, il ne fait pas bon être à la fois capitaine de la garde prétorienne et chrétien. Et paf ! Mais comme ses hommes l'aiment bien, ils ne visent pas le coeur, et il survit (!!). Soigné par une jeune veuve du nom d'Irène, il se retape suffisamment pour aller râler devant Dioclétien qu'il fait du mal au chrétiens. Que fait l'empereur ? Bin il le fait rouer de coups jusqu'à ce que mort s'ensuive et le fait balancer dans les égouts de Rome. Comme c'est moins glamour, les artistes ne s'y sont pas attardés, préférant la partie "avec flèches". Vu certains tableaux, cela correspond en plus certainement à des goûts personnels.
Très codifié donc : mec, beau, nu, attaché, flèches. A partir de là, on en a des centaines et des centaines. L'écrasante majorité montre un canon masculin de l'époque, une image idéalisée d'une beauté qui ne nous émeut plus, ou nous fait bien rire. On horrifie. Cependant, certains, et c'est sur eux que se penche mon propos, sortent du lot. Par une pose plus naturelle, par un visage ou un corps qui évoque un véritable modèle (ou l'amant du moment du peintre), par un cadrage plus moderne, certains sont carrément sublimes, plusieurs siècles après leur conception.

9_sodoma

10. Le Sodoma (avec un surnom comme ça, il savait de quoi il parlait) 1525
Encore un peu archaïque, mais un archétype (réussi) du couronnement du martyre


8_regnier3

9. Nicolas Régnier, v. 1660
Le genre caravagesque que j'aime, et qui colle au sujet (on est pas chez les bisounours quand même)

8_bigot7_arton152_430x328
8. ex aequo, Trophime Bigot v. 1620 et Francesco Caïro, v. 1635
On reste dans la même ambiance caravagesque, dans le même thème. La "jeune veuve" Irène soigne le pauvre Seb. Selon les goûts du peintre ou du commanditaire, c'est une très belle jeune fille ou une vieille femme, ce qui influe sur l'érotisme de la scène... J'ai une légère préférence pour celui de Caïro néanmoins.

6_reni_franciscan
7. Guido Reni, vers 1625
Un des cadrages les plus modernes et les plus osés du XVIIe siècle. Il faut la chercher, cette flèche qui "justifie" le saint Seb...

5_tiziano1
6. Titien, 1510
La pose détendue, le cheveu libéré, la tête du mec qu'on peut croiser (avec de la chance) dans le métro, celui là pète la classe

4_titien
5. Titien, la Madonna dei Frari
Titien encore, qui sait faire des beaux garçons crédibles (dans le sens qu'ils peuvent exister, pas dans celui où ils se baladent leurs flèches avec le sourire). Un peu potelé, j'ai beaucoup d'affection pour son air trognon, et son envie manifeste de sortir du cadre...

2_preti1
4. Mattia Preti, v. 1660
Découvert par hasard dans le fameux annuaire, ce petit là est un coup de cœur. Pose inhabituelle, beau, légère contre plongée et très belle lumière. Il sort du lot.

3_ribera1
3. Jusepe de Ribera, 1651
Un de mes petits chouchous (d'où sa présence dans le top 3). Avec le petit geste de la main qui peut aussi bien dire "je te pardonne mon grand, pas grave pour la flèche", que "foutez moi la paix les copains, je suis peinard contre mon arbre".

1_honthorst_saint_sebastian_NG4503_fm
2. Gerrit von Honthorst, 1623
Merci Froz pour m'avoir montré celui là (qui a démarré la conversation sus-citée). Pose et cadrage très modernes, et il saigne vraiment. Ce qui n'est pas évident pour un Seb, mais non mais non, même s'il se fait percer de flèches, la goutte de sang se fait rare, symbolique. Une belle bête, vraiment.

1_Siciolante
1. Siciolante, 1560
Pas de photo complète, ni de meilleure qualité (c'est la mienne) ce qui ne lui rend pas justice. Face à ce jeune homme, les neurones s'en vont gambader pour n'être que dans la pure appréciation esthétique (mais bien sûr). J'aime son air de "même pas mal" et le dialogue visuel quasi amoureux avec l'ange.

Et parce qu'ils ne sont pas tous aussi beaux (loin de là), voici le top 3 des pires/plus ridicules/affreux :

giovannidipaolo2

Giovanni di Paolo, qui a prit la description au pied de la lettre...

saraceni

Carlo Saraceni, 1610. Celui là y va très subtilement sur les métaphores.

carreno

Juan de Carrena, 1656, décroche la palme du Seb le plus risible. la petite ficelle, la pose, et misère suprême, la moustache, tout y est !

Après cette interminable article qui m'a bien occupée (au lieu de bosser), ce classement subjectif appelle des ajouts, car c'est un choix, je n'ai pas pu tout mettre (notamment Caravage et La Tour), exprimez-vous.

Posté par Mrs McAvoy à 13:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Saint Sebastiennite aigüe

    Fichtre, tu n'a pas tardé a le faire cet article... Je suis contente de voir que tu as mit mon petit chéri en n°2, et que tu n'a pas oublié d'inclure Raymondo... euh, la moustache.

    Mais pourquoi meme tes articles découlant de conversations stupides ont l'air intellos ? c'est pas juuuuste.

    Posté par Froz, 28 mai 2010 à 19:42 | | Répondre
  • Je m'exprime. Une question : un annuaire des Seb? je veux! (j'adore le 4 et le 8 au passage. Celui de De la Tour aussi)

    Et tout ceci est propice à me remémorer mes années de collège... Dans la salle où on avait histoire-géo, en cinquième, mon prof avait accroché le Seb d'Andrea Mantegna. (oui, il est guindé et n'a pas le visage le plus avenant qui soit, mais j'ai une madeleine concernant un Seb, mince!)

    Et il faudra que je pense à ressortir que Titien sait faire de beaux garçons crédibles.

    Posté par Elo, 29 mai 2010 à 13:23 | | Répondre
  • moi j'aime leur abdos!

    Posté par Fanny, 08 juin 2010 à 20:34 | | Répondre
Nouveau commentaire